Sénégal : un royaume de mangrove menacé par la déforestation REPORTAGE. Dans le parc national du delta du Saloum, classé au patrimoine de l’Unesco, l’un des écosystèmes les plus riches au monde est véritablement en danger. PAR SOPHIE DOUCE, DANS LE SALOUM

Jean-Dominique Senghor, président de l'association des villageois de Sipo, lutte pour protéger la mangrove du Delta du Saloum.

Jean-Dominique Senghor, président de l’association des villageois de Sipo, lutte pour protéger la mangrove du Delta du Saloum. © Sophie Douce
FacebookTwitterGoogle +Linked InViadéoAgandir le texteRéduire le texteImprimerCommenterEnvoyer par mail

Au cœur du delta du Saloum, au centre-ouest du Sénégal, à plusieurs centaines de kilomètres du tumulte de la capitale Dakar, s’ouvre le royaume de la mangrove. Dans cette réserve naturelle de 76 000 hectares, les palétuviers, arbres rois de la forêt, dominent l’horizon. À côté serpente le fleuve Saloum, avec ses milliers de bras de mer appelés « bolongs ». Sillonnant ce labyrinthe marécageux, notre pirogue glisse sur l’eau, se frayant un chemin parmi les 200 îles et îlots que compte l’estuaire. Au loin, un groupe de pélicans prend son envol. Bienvenue dans le parc national du delta du Saloum, l’un des plus grands réservoirs de mangrove d’Afrique. Ici, plus de 250 espèces d’oiseaux, de reptiles et de mammifères sensibles vivent entre terre et mer : hérons goliath, pélicans gris, singes verts, crocodiles, hyènes tachetées ou encore des tortues marines et des lamantins d’Afrique, deux espèces menacées. Pourtant, cet écosystème, l’un des plus riches au monde, inscrit au patrimoine de l’Unesco depuis 2011, est en danger. En cause : le phénomène de la déforestation.

 ©  Sophie Douce
Moussa Bakhayoko sur sa pirogue près du village de Sipo. © Sophie Douce

Un écosystème menacé

« Les causes principales de cette déforestation sont le trafic de bois et la production de charbon ; les feux de brousse sont également responsables de la dégradation des forêts », pointe Haïdar El Ali, militant écologiste emblématique et ancien ministre de l’Environnement sénégalais. D’après la FAO, l’Afrique a perdu près de 500 000 hectares de ses mangroves au cours des vingt-cinq dernières années. Le Sénégal compte parmi les pays les plus touchés sur le continent avec près de 40 % de ses superficies perdues depuis les années 1970. En ligne de mire : la récolte de bois de chauffe et du charbon, ou encore l’urbanisation du littoral. « C’est tout l’équilibre de cet écosystème qui se retrouve menacé », s’inquiète Haïdar El Ali, également président de l’Océanium, une association sénégalaise de protection de l’environnement. Et pour cause, la mangrove joue un rôle vital pour la faune et la flore : dortoir pour les oiseaux, refuge pour les hyènes et les singes, nurserie pour les poissons et les crustacés ou encore filtre de rétention à carbone. « Elle rend un service écologique à la société. Les arbres peuvent stocker rapidement et en grande quantité les polluants. Sa dégradation menace directement la biodiversité, mais aussi les populations locales qui dépendent de la pêche », souligne François Fromard, spécialiste de la mangrove et chercheur émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Autre fonction primordiale : les palétuviers servent de barrières protectrices contre les tempêtes et les tsunamis. « Dans un contexte de changement climatique et de montée des eaux, le recul de la mangrove est inquiétant. L’érosion des côtes s’accélère », précise le chercheur.

 ©  Benjamin Bureau
Vue aérienne de l’Aire marine protégée de Keur Bamboung. © Benjamin Bureau

Les associations réagissent…

Face à ce constat, l’Océanium mène des actions de reboisement avec les populations locales pour restaurer la forêt au Sénégal. « Plus de 150 millions de palétuviers » auraient ainsi été plantés en dix ans dans 500 villages du Sine Saloum et de la Casamance. Sous l’impulsion de Haïdar El Ali, l’association a également créé l’Aire marine protégée de Bamboung (AMP) sur 6 800 hectares, près de Toubacouta. « L’idée était de permettre la régénération de l’écosystème. Nous avons donc interdit la pêche au départ pour favoriser le repeuplement des espèces. Des gardes volontaires surveillent la zone, pour repérer tout acte de délinquance, comme le braconnage ou la destruction de la forêt », explique Mamadou Bakhoum, vice-président du comité de gestion de Bamboung. Depuis la création de l’AMP en 2004, plus d’une trentaine de nouvelles espèces de poisson ont déjà fait leur apparition.

Dans les îles Bétenti, au cœur de cette faune et flore luxuriante, à quelques kilomètres de l’Aire marine protégée de Bamboung, les habitants de Sipo s’inquiètent eux de la dégradation de leur village. Sur cette île d’une centaine d’âmes, la population dépend de la terre et de la mer pour subsister. « Ici, toutes les choses que l’on a pour vivre, on les prend dans la nature. Les poissons, les noix de cajou, le pain de singe (le fruit du baobab), le bois. On vit de cela, on n’a rien d’autre », explique Jean-Dominique Senghor, 31 ans, un cultivateur de Sipo.

… les populations aussi

Dans ce village traditionnel, dirigé par une reine, sept ethnies, Sérères, Diolas, Peuls ou encore Wolofs, récoltent les huîtres des palétuviers, du poisson et des crustacés dans la mangrove pour se nourrir. Pour eux, maintenir l’équilibre de cet écosystème est une question de survie. « Nous vivons de la nature. La brousse et le fleuve sont au bénéfice de tout le monde. Chaque village doit se mobiliser et protéger son côté. Moi je vais bientôt partir, mais pour mon fils et mes petits-enfants, il faut continuer à se battre, ne pas croiser les bras et attendre, il faut agir », clame Issa Touré, fils du fondateur de Sipo et chef du village depuis vingt-six ans.

 ©  Sophie Douce
Le chef du village de Sipo Issa Touré et la reine Fatou Mané. © Sophie Douce

Inquiets pour l’avenir de leur île, menacée par la déforestation et l’arrivée d’hôtels touristiques voisins, la population tente de résister. Depuis 2010, une association des villageois se mobilise pour protéger Sipo. « Nous reboisons pour restaurer la brousse et la mangrove. Chaque année, nous plantons plusieurs dizaines d’hectares de palétuviers, d’anacardiers et de bois de fer », détaille Jean-Dominique Senghor, le président de l’association, qui collabore avec Keur Bamboung, un « écolodge » voisin. C’est d’ailleurs ce modèle d’« écotourisme » qui a inspiré les villageois il y a quelques années pour créer leur propre campement composé de quelques cases rudimentaires, d’un restaurant et d’un petit marché artisanal. L’objectif : promouvoir un tourisme durable et respectueux de l’environnement, tout en assurant des revenus aux villageois. Les fonds sont reversés dans une cagnotte communautaire, qui permettra ensuite de rénover l’école de Sipo et de construire une case de santé. Pour la population, pas d’autre choix : il faut résister, ou bien partir. « Si la forêt continue de reculer, les habitants partiront. Certains cultivateurs et pêcheurs ont déjà préféré fuir parce qu’ils n’arrivaient plus à vivre ici. J’ai tellement peur pour le futur de Sipo », s’alarme Jean-Dominique.

Laisser un commentaire